« Le Bag’Innov, pratique et écologique »

Nicolas Aiguille, dirigeant de Bag’Innov

Nicolas Aiguille, 47 ans, dirige l’entreprise qui fabrique les Bag’Innov, les poches utilisées par Mywah pour son bar à vin Edgar. Installée à Narbonne, dans l’Aude, la société, qui compte aujourd’hui 11 salariés, a été créée en 2009. Elle est très engagée vers l’innovation et les enjeux environnementaux. Entretien.

Comment avez-vous démarré votre activité ?

Je travaille avec mon père dans l’entreprise familiale, qui fabrique des emballages rigides, des bidons, des jerricans mais également des cubi pour le vin. Quand le Bag In Box (BIB), ces caisses en carton dans lesquelles on place une poche de vin munie d’un robinet, a démarré très fort dans les années 1990, nous n’avons pas pu nous engager sur ce secteur en croissance : l’investissement dans de nouvelles machines était trop lourd, à l’époque. J’avais le sentiment que nous avions laissé passer le train.

 Mais vous êtes resté attentif aux innovations sur ce marché ?

Oui, j’ai continué à réfléchir au BIB du futur, un emballage plus pratique et plus écologique. Il fallait supprimer le carton et proposer une poche autoportante, suffisamment rigide pour tenir debout et dotée d’un robinet comme le BIB. L’enseigne Casino était très intéressée par cette idée. Nous avons créé l’entreprise Bag’Innov en 2009 et nous avons fait un premier test avec eux, qui s’est avéré concluant. C’était peu après le Grenelle de l’environnement de 2007, dont les conclusions recommandaient de limiter les emballages, leur poids et leur encombrement, parce que « le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas ».

Quels sont les avantages du Bag’Innov sur les poches classiques que l’on trouve dans les Bag In Box ?

D’abord, le Bag’Innov est moins encombrant que le BIB, tout simplement parce qu’on a supprimé la caisse en carton, devenue inutile. C’est un avantage pour le distributeur mais aussi pour le client. S’il s’agit d’un vin qu’on boit frais, comme le rosé, le consommateur peut le ranger plus facilement dans son réfrigérateur. Le Bag’Innov est suffisamment rigide pour tenir debout mais assez souple pour se rétracter au fur et à mesure que le contenu diminue. Une fois vide, il ne prend pas plus de place qu’un cahier d’écolier. Le gain de poids est également important : le Bag’Innov pèse moins de 50 g contre 140 g pour le BIB (carton et poche). Enfin, le vin est mieux protégé : une feuille d’aluminium empêche l’air de pénétrer à l’intérieur et d’oxyder le vin. Le contenu se conserve beaucoup plus longtemps et vous pouvez le servir jusqu’à la dernière goutte sans altération de ses qualités.

Vous avez continué à améliorer votre produit afin de le rendre entièrement recyclable.

Depuis quelques années, on se préoccupe non seulement de la quantité de déchets, mais aussi de leur recyclage. Or, les industriels du recyclage ne savent pas séparer aisément le polyéthylène (le plastique alimentaire) de l’aluminium. Nous avons donc lancé un programme de recherche et développement pour rendre le Bag’Innov entièrement recyclable. Il a fallu trouver le bon équilibre dans les matériaux pour conserver les qualités de barrière à l’oxygène du Bag’Innov tout en supprimant la feuille d’aluminium. C’est le cas aujourd’hui pour une partie de nos produits, en croissance forte. Nous sommes donc déjà en conformité avec le règlement européen qui prévoit que les emballages devront être entièrement recyclables en 2025.